Oulala depuis début août je n'ai pas publié la suite de notre séjour à  Budapest, faut dire que je me suis laissée dépasser par les événements et comme beaucoup d'entre vous, la flemme s'est invitée et je n'ai plus rien écris....mais comme il commence à faire froid, se rappeler les beaux jours bien chauds fait plaisir !!

J'avoue quand même qu'il est plus facile de concocter des recettes, de les écrire que de raconter de façon intéressante nos pérégrinations...

Aujourd'hui je vais vous emmener au Marché Central, au Palais Royal puis à la Galerie Nationale hongroise et pour finir nous irons dîner....italien ou pas !!!

Nous débutons donc notre journée en nous rendant au Marché Central....pour cela nous empruntons la ligne 19 du tram....

 

DSC_0016 (2)
DSC_0017
DSC_0018
DSC_0019

 

Comme vous pouvez le voir, ces trams avec leur look ancien offrent un charme désuêt aux touristes que nous sommes....et bien que je ne sache pas lire le hongrois, je me repére sur le plan de Budapest afin de voir quelle sortie nous devons emprunter pour nous rendre au Marché Central...mais grâce à ma Puce nous nous y retrouvons !! OUF

 

DSC_0021
DSC_0023
DSC_0025
DSC_0026
DSC_0027

DSC_0155

DSC_0028
DSC_0030

 

Notre trajet nous fait longer le Danube en passant devant le Parlement puis devant le pont à chaînes ou pont des chaînes Széchenyi qui est un pont suspendu qui enjambe le Danube.

Le comte István Széchenyi eut l'idée de relier par un pont permanent les deux rives du Danube entre Pest et Buda. Il créa l'association Le pont le 10 février 1832 qui se proposa le but de gagner l'opinion publique en faveur de ce projet de grande envergure. Széchenyi et son ami Andrássy partirent en Angleterre pour consulter William Tierney Clark et Thomas Telford, les ingénieurs civils les plus célèbres à l'époque. Telford leur suggéra la construction d'un pont suspendu pour diminuer les dégâts causés par la débâcle et par les crues. 

Entrepris en 1839 selon le projet d'István Széchenyi, et terminé en 1849 par l’Écossais Adam Clark d'après les plans de l'Anglais William Tierney Clark, il possède un tablier long de 360 mètres supporté par deux tours, un exploit technique pour l'époque. Il fut le premier pont permanent sur la section hongroise du Danube et constitue l'emblème de Budapest.

 

Les chaînes de fer forgées et les pièces de fonte furent fabriquées en Angleterre dans les usines The Hunter and English et Howard and Ravenhill, transportées par voie maritime puis par voie fluviale empruntant le canal Main-Danube. Le pont fut l'un des ouvrages aériens les plus remarquables de l'époque. Les ingénieurs civils européens suivaient avec grand intérêt l'avancement des travaux. John Augustus Roebling, ingénieur civil, le décrivit comme le plus grand pont de son temps. Le pont des chaînes Széchenyi fut en effet le deuxième plus grand pont après le grand pont suspendu construit sur la Sarine dans le canton de Fribourg.

Pendant longtemps le pont des chaînes Széchenyi était le plus grand pont suspendu par les chaînes. Le pont fut inauguré le 20 novembre 1849.

Tous les usagers du pont durent s'acquitter du péage....ne l'ayant pas emprunté, je ne saurai dire si ce péage vieux de 164 ans est encore en vigueur !!! 

164 ans de péage : ça peut vraiment rapporter gros...dire qu'on s'imagine souvent être inventif mais même au niveau des impôts on ne crée rien car nos ancêtres y avaient déjà songé !!

 

DSC_0032

DSC_0157

DSC_0103

DSC_0154 

DSC_0044_1
DSC_0045_1
DSC_0047_1

 

Après avoir admiré le pont des chaînes Széchenyi qui est le plus ancien des 9 ponts de Budapest, nous passons devant le pont de la Liberté...

C'est par le pont de la Liberté que nous allons rejoindre le Marché Central qui se situe sur l'autre rive du Danube. 

Ce pont a été construit entre 1894 et 1896 selon les plans de János Feketeházy. Bien que radicalement différent dans sa structure, le pont imite les grandes lignes d'un pont de type chaîne, qui a été considéré comme une forme esthétiquement préférable au moment de la construction. Le pont a été ouvert en présence de l'empereur François-Joseph ; le dernier rivet argent sur le pilier de Pest a été inséré dans la structure de fer par l'Empereur lui-même, et le pont a été nommé d'après lui.

Il mesure 333,6 m de longueur et 20,1 m de largeur. Les hauts des quatre mâts sont décorés de statues de bronze du grand oiseau Turul, ressemblant à un faucon, importante dans la mythologie hongroise ancienne.

De nombreux tramways  ainsi que les automobiles utilisent ce pont à double voie rendant la circulation difficile. Il sera converti en passage pour piétons une fois que la quatrième ligne de métro souterraine sera achevée dans les années à venir.

 

DSC_0049

DSC_0051

 

 A Budapest,  il existe toutes sortes de marchés qui jouent tous un rôle essentiel dans la vie quotidienne des habitants de la ville. Les plus spectaculaires restent sans doute les cinq immenses halles bâties à la fin du XIX siècle.

Le plus vaste, le Marché Central (Központi Vasarcsarnok) de Fovamtér, abrite sous une étincelante toiture en tuiles de zsolnay plus de 180 éventaires répartis sur 3 niveaux. 

Ouvert de 7h à 18h du lundi au vendredi, et de 7h à 13h le samedi, il offre au visiteur un incroyable déballage de produits alimentaires, des fruits et légumes à la charcuterie en passant par les guirlandes de paprikas.

Chaque quartier de la capitale possède aussi ses marchés en plein air. Beaucoup sont fréquentés par des paysannes qui viennent en costume traditionnel vendrent des produits tels que miel, fromage ou saucisses. Parmi les meilleurs figurent ceux de Lehel tér (arrondissement XIII), Bosnyak tér (XIV) et Fehérvari ut (IX). Des stands vendent des langos, sorte de galettes au fromage, et des saucisses à consommer sur place dans du pain frais. 

C'est depuis l'un dеs couloirs dе l'étage supérieur quе l'on а lа meilleure vuе sur lа grande salle dе 150 m dе long avec sеs deux nefs latérales. Lе marché couvert, ultramoderne pour sоn temps, fut conçu еn 1890 pаr Samu Pecz influencé par Gustave Eiffel.

Aucun visiteur dе Budapest nе fait l'impasse sur lе marché couvert ! Il nе s'agit néanmoins pаs d'une attraction touristique mais bien d'une importante adresse du pays. Fruits, légumes, viande, poisson : оn trouve dе tout ici. Au premier étage sont proposés dеs souvenirs еt dеs arts décoratifs. N'hésitez pаs à marchander. 

 

DSC_0050
DSC_0052
DSC_0053
DSC_0054

 

DSC_0055
DSC_0056
DSC_0057
DSC_0058
DSC_0060
DSC_0061
DSC_0062
DSC_0063
DSC_0065

 

DSC_0064
DSC_0066
DSC_0067
Malgré le vaste choix de produits....je me suis contentée de miel, de paprika...spécialité s'il en est une de la Hongrie, de vin et de caviar....

Comme dit plus haut : penser à marchander....

Le marchandage est possible mais..... difficile et je sais de quoi je parle....je vis avec un négociateur né !!!

Non seulement il n'est pas évident de négocier mais en plus il vaut mieux ne pas trop toucher à la marchandise...J'ai été témoin d'une scène plutôt étonnante : une dame regardait différents paquets de paprika en les soupesant, la marchande a tout remis en place et lui a rétorqué que tout était identique et que ce n'était pas la peine de toucher !! Il en a été de même avec les tee-shirts dès que quelqu'un touchait un vêtement le vendeur se précipitait pour le remettre en place....

Ces marchands pas souriants dans l'ensemble donnaient plutôt l'impression que les touristes les gonflaient, j'ai trouvé cela vraiment bizarre à croire qu'ils n'ont pas besoin du tourisme pour vivre !!!

DSC_0033
               
DSC_0101
DSC_0102
                    DSC_0072
Continuons notre balade aux alentours du Marché Central....
                   DSC_0068
DSC_0069
DSC_0070
DSC_0071                                               DSC_0073

Petite devinette : qui saura me dire ce qu'est cette boutique ????

 

DSC_0059

 

Un bureau de tabac....si, si, je vous assure !! Les hongrois ne jouent pas avec la législation...non seulement, l'entrée des tabacs est interdite aux mineurs mais en plus comme vous pouvez le voir les vitres sont opaques...

Bon français que nous sommes, nous sommes rentrés avec les enfants dans un bureau dont la porte était ouverte sans faire attention....eh ben ça n'a pas trainé, la vendeuse m'a dit de sortir avec eux !! Ca rigole pas..........

 

DSC_0074
DSC_0075

 

Poursuivons maintenant notre promenade jusqu'au Palais royal dit aussi Chateau de Buda....

Le château de Buda (hongrois : budavári Palota) est le château historique des rois de Hongrie inscrit, conjointement avec Budapest, les rives du Danube, le quartier du château et l’avenue Andrássy en 1987 sur la liste du patrimoine mondial.

Dans le passé, il a également été appelé « Palais royal » (hongrois : királyi palota).

Une reconstruction totale du palais est prévue pour lui redonner l'aspect qu'il avait avant la seconde guerre mondiale.  

C'est le roi Béla IV qui décida d'édifier une forteresse en cet endroit afin de prévenir Buda de l'invasion mongole. Si le château prit de l'extension sous le règne de Sigismond de Luxembourg, c'est avec Mathias Ier Corvin qu'il connut son apogée en devenant un haut lieu d'art et de science. Le siège de 1686 le détruisit en grande partie mais aux 18e et 19e s., les Habsbourg voulurent en faire une résidence royale à la hauteur de leur rang.
Attardez-vous à l'extérieur du palais... La façade baroque du palais s'étend sur une longueur de plus de 300 m dominant le Danube.   La porte aux Lions vous permettra d'accéder à la belle cour intérieure où l'on trouve, à droite, la bibliothèque nationale Széchenyi, la plus importante du pays. Empruntez l'escalier qui conduit vers les remparts Sud et la tour de la Massue, vestiges des fortifications médiévales. En sortant de l'enceinte du château par la porte Ferdinand, vous verrez la barbacane. Le palais (Budavári palota) abrite trois musées : la Galerie nationale hongroise, le Musée d'Histoire de Budapest et le Musée Ludwig.

A voir le Palato de Budapest s'élancer magnifiquement en hauteur au dessus du Danube, on ne pourrait croire que ce dernier a connu bien des destructions et réparations, suites aux dommages causés par la guerre. Ravagée par les bombes russes qui voulaient chasser les allemands durant la seconde guerre mondiale, la colline du château a mis 20 ans avant de retrouver un aspect engageant. Aujourd'hui complètement rénové, le château royal abrite de magnifiques bijoux, comme la statue équestre en bronze du Prince Eugène, la chapelle, la bibliothèque nationale ou encore des musées historiques comme la Galerie nationale hongroise, le musée d'histoire de Budapest et la salle des statues gothiques. Ne vous attendez pas là à visiter des suites royales et des galeries comme on peut en touver dans les châteaux de la Loire français. Les bâtiments ont été reconstruits mais l'intérieur n'a pu être conservé. Outre la remarquable architecture du Palais, ce lieu est riche en culture, mais si les musées ont l'honneur de contenir des oeuvres d'art et autres objets historiques, leur organisation et leur structure restent cependant moins bien construites, rendant la visite peu claire si l'on est seul. 

 

DSC_0076
DSC_0077
DSC_0079

La fontaine du roi Mathias Corvin à l'entrée du Château, est l'un des chefs d'œuvre d'Alajos Strobl, qui fut coulé en bronze en 1904.
Cette composition s'inspire des vers du poète Mihaly Vorösmarty qui raconte la rencontre de Mathias, parti pour la chasse, et de la belle Hélène. 

 

DSC_0080

DSC_0078

DSC_0081 
DSC_0082
DSC_0084

La montée jusqu'au Palato peut se faire en funiculaire et reste spectaculaire, avec une vue imprenable sur le Parlement.

Le funiculaire "Budavári Sikló" relie la place Clark Adam, au bout du Pont-des-Chaînes, au quartier du château. Il a ouvert en 1870, mais a été malheureusement détruit pendant la seconde guerre mondiale. Il a été réouvert en 1986 et est désormais accessible pour les touristes tous les jours de la semaine.

Il fait 95 mètres de long et monte à une altitude de 51 mètres, ce qui fait que le voyage à son bord n’est pas très long, ce qui ne l’empêche pas d’être très agréable !

 

DSC_0148
DSC_0149
DSC_0149
DSC_0150
DSC_0151
DSC_0152
DSC_0107
DSC_0109
DSC_0146
DSC_0085

 DSC_0147

DSC_0108
                   DSC_0083
DSC_0086
DSC_0088 
DSC_0089
DSC_0090
DSC_0087
DSC_0091
DSC_0093
DSC_0092
DSC_0094
DSC_0098
DSC_0110
DSC_0099
DSC_0101

 

Sur la vaste terrasse panoramique qui se trouve devant l'entrée de la Galerie Nationale de Hongrie, trône la statue équestre d'Eugène de Savoie.

Destinée à la ville de Zenta, elle a été achetée par l'empereur françois-Joseph, qui l'érigea devant l'actuelle entrée de la Galerie nationale hongroise, à l'endroit même où un monument à son effigie devait être installé. Eugène de Savoie libèra Buda des Turcs en 1697. 

DSC_0100
DSC_0104
DSC_0102
DSC_0104
DSC_0105
DSC_0106
DSC_0105
DSC_0106
DSC_0107
DSC_0108
DSC_0109

Après notre balade dans les jardins du Château, nous poursuivons notre visite par la Galerie nationale de Hongrie  installée dans l’enceinte du château de Buda. Elle est la plus grande collection publique informant et présentant la naissance et le développement des beaux-arts en Hongrie. Plus précisément, elle expose une collection de peintures et de sculptures hongroises, et ce du Moyen-âge au XXe siècle.

C’est devenue une institution indépendante depuis 1957. La Galerie nationale a déménagé dans les locaux actuels, l’ancien Palais Royal de Buda, en 1975.

Parmi les éléments les plus remarquables, vous retiendrez peut-être les triptyques et polyptyques du gothique tardif, présentés dans l’ancienne salle du trône. Pour le XIXe siècle, vous remarquerez les peintures de Mihály Munkácsy et de László Paál. Enfin, certaines œuvres reprennent des événements historiques majeurs comme la bataille de Szigetvár, de Péter Krafft, et le Baptême de Vajk, de Gyula Benczúr et Miklós Zrínyi.

A l’intérieur de la Galerie il y a de nombreuses expositions permanentes: « Sculpture sur pierre du Moyen-Âge et de la Renaissance »,  » Art de la Renaissance tardive et Art baroque », « L’art de Mihály Munkácsy et László Paál », « Peintures du 19ème siècle », « Art du 20ème siècle » et d’autres encore. En plus il y a toujours de bonnes expositions temporaires dans la Galerie nationale de Hongrie.

A voir également: dеs oeuvres dе Mihály Munkácsy (1844-1900), lе seul peintre hongrois qui réussit également à sе faire un nоm аu niveau international. Il vécut еt travailla à Vienne, à Munich еt, pendant plus dе 25 ans, à Paris. 

 

DSC_0110
DSC_0111
DSC_0113
DSC_0118
DSC_0119
DSC_0120
DSC_0121
DSC_0122
DSC_0124
DSC_0125
DSC_0126
DSC_0139
DSC_0140
DSC_0141

A la sortie de la Galerie Nationale de Hongrie, nous remontons les jardins le long du Danube où nous pouvons admirer un gigantesque turul (oiseau mythique, emblème des tribus magyares) qui semble vouloir prendre son envol de la grille néobaroque qui ferme l'enceinte du château.

 

DSC_0142
DSC_0144
DSC_0145
DSC_0153

 

Après être sorti de l'enceinte du Château, nous descendons la colline et arrivons au carrefour où se trouvent l'entrée du funiculaire ainsi que le tunnel qui traverse la colline du Château.

C'est l'ingénieur britannique Adam Clark installé en Hongrie après avoir achevé la construction du pont des Chaînes et, parmi ses derniers projets, qui dirigea entre 1853 et 1857 le percement du tunnel.

Deux paires de colonnes doriques soutenant un entablement massif confère une aspect néo-classique à son entrée sur Clark Adam tér. Cette place fait fonction de centre officiel de la capitale car elle abrite la borne kilomètrique zéro d'où sont mesurées toutes les distances sur les routes hongroises partant de Budapest. Des motifs égyptiens décoraient à l'origine l'entrée ouest du passage souterrain, mais elle les perdit lors de sa restauration après la guerre.  

 

Le soir nous sommes allés chez Trattoria Mamma qui est recommandé à 70% par les internautes de Tripadvisor....Et devinez ce que nous avons mangé ??? des pizzas, des plats italiens ??? et ben non, mon mari et moi-même avons dégusté des spécialités hongroises, ce n'est pas parce que c'est un restaurant italien qu'ils ne font pas de spécialités hongroises !!! 

Seuls les enfants ont souhaité bien sûr une pizza...

Trattoria Mamma propose une combinaison de cuisine Hongroise et Italienne. Des plats originaux vous donnent l’opportunité de goûter le meilleur de la cuisine hongroise et italienne et vous offre ainsi des saveurs éclectiques !

 

 street_20130520_mamma

 

Prochaines et dernières étapes : 

Le Mont gellert

L'Ile Marguerite

Menta

avant de rejoindre Vienne....