Voici le plan de Budapest sur lequel j'ai positionné des punaises de couleur afin de vous indiquer les différents lieux que nous visiterons durant les jours à venir...

 

DSC_0045

 

Alors pour vous orienter  : au centre du plan,  vous avez le Danube, du côté gauche du fleuve vous êtes à Pest et du côté droit à Buda....oui, oui souvenez vous, Budapest est constituée de trois villes !!! Obuda est sous Pest....

Du haut vers le bas :

  • la première punaise verte indique l'emplacement de notre hôtel et juste au dessus de la rue en jaune se situent les Bains Lukacs (il me manquait une punaise !!!)
  • en remontant vous avez au centre du Danube l'Ile Marguerite...je sais deuxième punaise manquante !!!
  • la première punaise jaune en haut du côté Buda, vous avez le Zoo
  • la punaise noire indique le Parlement
  • la punaise rouge indique le Palais Royal 
  • la deuxième punaise verte indique le Marché Central
  • et la deuxième punaise jaune indique le Mont Gellert

(je sais pour mes prochains articles, je vais acheter des punaises de différentes couleurs !!)

 

La semaine va se dérouler de la sorte :

Lundi : zoo et resto turc....pour le zoo vous référez à mon article précédent et pour le resto : aucun commentaire tellement il était nul !!

Mardi : le Parlement, les Bains Lukacs et le restaurant Culinaris 

Mercredi : le Marché Central (központi vasarcsarmok), le Palais Royal avec le Musée Ludwig Budapest - musée d'Art contemporain, un petit resto italien Trattoria Mamma et pour finir le meilleur glacier de Budapest : Gelarto Rosa

Jeudi : le Mont gellert, l'ile Marguerite et le restaurant  Menta terasz

Vendredi : départ pour l'Autriche avec la visite de Vienne, son centre ville, Demel la plus vieille pâtisserie de Vienne  et un concert rock en plein air

 

Là, nous en sommes donc à notre deuxième jour et nous commençons par visiter le Parlement. Pour nous y rendre, nous utilisons nos pass et prenons le tram qui nous emmène du côté Buda en passant sur le pont Marguerite...un des quatre plus anciens ponts de Budapest.

Ce dernier a été construit entre 1872 et 1876 ; le projet de construction est né en 1871 et c'est une société française (cocorico...ben oui on est chauvin, non ??), la Société de construction des Batignolles qui a remporté le marché avec l'ingénieur français Ernest Goüin ; les sculptures sur les piles du pont représentant Le Génie de la Force sont de Martial Thabard.

Comme les autres ponts de Budapest (le pont de Chaînes, le pont Elisabeth et le pont de la Liberté), le pont Marguerite a été dynamité le 4 novembre 1944 par les allemands et reconstruit en 1948.

 

DSC_0644

DSC_0647

 

De nuit, les vues sur les deux rives sont splendides : sur cette photo on a le Parlement à gauche, au fond on voit le Mont Gellert et à droite le Palais Royal...

 

DSC_0966

DSC_0969

DSC_0970

DSC_0972

DSC_0973

DSC_0974

DSC_0979

DSC_0975

DSC_0980

 

Pour accèder au tram, nous passons par des souterrains qui indiquent simplement d'un côté Buda...

 

DSC_0981

 

....et de l'autre Pest !!

 

DSC_0982

DSC_1027

DSC_1028

 

En descendant du tram, nous longeons le Danube sur 200/300 m pour arriver sur la place Kossuth où se trouve le Parlement.

Cette place est en plein travaux....et franchement ce n'est rien de le dire !

Dès l'entrée de la place au milieu des allers et venues des camions se trouvent des auvents abritants de pauvres touristes attendant là en plein soleil de pouvoir visiter le Parlement....sauf que l'entrée du bâtiment se trouve à une cinquantaine de mètres de là et qu'il faut d'abord acheter les billets d'entrée....oui mais où ???

Ben logique quoi : de l'autre côté de la place au Musée d'Ethnologie....

Une fois arrivés à la billeterie, un tableau vous indique les différentes visites...guidées : vous pouvez assiter à deux visites en français par jour, une en fin de matinée à 11h30 et l'autre en début d'après-midi à 13h30...eh ouais et y en a pas d'autre dans la journée ??? ben non....si tu loupes ces deux là, tu reviens demain surtout qu'il est impossible de visiter le parlement sans guide !!! ah oui précision : il faut présenter les cartes d'identité lors de l'achat des billets...Le prix du billet d'entrée pour 2 adultes et 2 enfants s'élèvent à 5 250 forins soit 17,50€

 

DSC_0046

 

Chance, il est 11h30 nous pouvons assister à la visite de 13h30....comme nous avons le temps, nous voulons visiter le Musée d'Ethnologie, oui mais seulement s'il fait partie des musées auxquels nous donne droit notre Budapest Card...eh oui il faut quand même limiter les dépenses !!

Ah oui mais pour rentrer dans le musée, ce n'est pas la même billeterie que celle pour le Parlement bien que l'on soit déjà dans le Musée !!

Il faut se rendre à la boutique du musée mais pas à la première caisse à la deuxième au fond de la boutique et en plus notre pass ne nous permet pas d'y accèder....

Tout ça a vraiment un relent d'air communiste !!! et par une journée à plus de trente degrés t'as du mal à pas perdre patience !!!

 

Donc, nous décidons d'aller visiter les alentours....mais avant de quitter le Musée d'Ethnographie nous admirons ces somptueux costumes folkloriques.

Le bâtiment du Musée dessiné par Alajos Hauszmann construit entre 1893 et 1896, servit tout d'abord de palais de justice puis jusqu'en 1945, il accueillit la cour suprême.

 

DSC_0985

DSC_0986

 

Nos pas nous guident nonchalamment vers la place de la liberté.

C'est une des plus vastes places de Budapest. Elle fut aménagée après la démolition en 1886 de l'immense caserne Neugebaüde qui dominait la partie sud de Lipótváros (« Ville de Léopold »). Les troupes autrichiennes s'en servaient comme prison et c'est là que fut exécuté le 6 octobre 1849 le comte Lajos Batthyány, chef du premier gouvernement indépendant de Hongrie. Une flamme éternelle brûle depuis 1926, au coin de Báthory utca et Hold utca, en l'honneur de tous ceux qui périrent au cours du soulèvement.

 

DSC_0989

DSC_0990

DSC_0991

DSC_0992

DSC_0993

 

Le mémorial soviétique, situé à l'angle nord de la place de la Liberté, rend toujours hommage aux soldats russes tombés pendant le siège de Budapest en 1944-1945. Cet obélisque fut dessiné par Károly Antal.

Vu qu'il est midi, nous nous attablons à la terrasse d'un café au centre de ce parc afin de nous désaltérer.

 

DSC_0994

DSC_0995

DSC_0996

 

Après cette pause, nous nous réorientons vers le Parlement en passant par la place des Martyrs où se trouve la statue d'Imre Nagy.

 

DSC_0997

DSC_0998

DSC_0999

 

Ce monument Imre Nagy  sur la place des Martyrs, rappelle que le premier ministre communiste se rangea du côté du peuple en 1956, un choix qui lui coûta la vie.

Membre du Parti communiste hongrois, puis du Parti des travailleurs hongrois, il faisait quelque peu figure de dissident, mais n'en fut pas moins deux fois chef du gouvernement de la République populaire de Hongrie. Après l'insurrection populaire hongroise en 1956 et son exécution en 1958, il est considéré comme un héros national.

Pour rejoindre la place Kossuth afin d'assiter à la visite du Parlement, nous longeons le bâtiment du Ministère de l'Agriculture où plusieurs statues rendent hommage à des héros de l'histoire hongroise.

 

DSC_1001

 

Après avoir attendu un quart d'heure sous ses fameux auvents "pour touristes",  la guide vient nous chercher, nous fait passer par des portiques de détection de métaux et devant des gardes républicains...

Et après ce parcours du combattant enfin, nous débutons notre visite !!

 

Le Parlement hongrois (Parlament ou Országház) est un vaste bâtiment, inauguré au début du xxe siècle, situé sur la rive orientale du Danube à Budapest.

 

2013-07-22 10

DSC_0640

 

Depuis 1902, il est le siège de l'Assemblée nationale de Hongrie.

 

DSC_1015

DSC_1014

 

Le pupitre du président de la chambre des députés est encadré par deux peintures de commande signées, Zsigmond Vajada.

 

DSC_1016

DSC_1017

DSC_1018

 

Savez-vous à quoi sert ce support ???

 

DSC_1019

 

Avant de rentrer dans la salle de réunion de l'Assemblée Nationale, les députés déposent leurs cigares sur ces supports et afin que chacun retrouve bien le sien, les emplacements sont numérotés !

 

DSC_0015_1

DSC_0639

DSC_0643

 DSC_0641

 

Cet édifice, dont les volumes s'organisent autour du dôme central, possède une façade néo-gothique mais un plan au sol qui suit des conventions baroques. En 2010, il s'agit encore du plus grand bâtiment de Hongrie et du plus grand parlement d'Europe avec 18 000 m².

 

Budapest fut fondée en 1873 par l'union de BudaPest et Óbuda ; sept ans plus tard, l'Assemblée nationale de Hongrie décida de créer un nouveau bâtiment destiné à exprimer la souveraineté de la nation.

Un concours fut lancé et l'architecte Imre Steindl (1839-1902) remporta la compétition avec un projet qui s'inspirait du palais de Westminster achevé à Londres en 1836 (d'où cette ressemblance frappante dès la vue du bâtiment). Mais les plans de deux autres candidats furent aussi réalisés : un pour l'actuel Musée d'ethnographie, l'autre pour le Ministère de l'agriculture, tous deux situés place Kossuth, en face du parlement.

La construction commença en 1885 et le bâtiment fut inauguré à l'occasion du millénaire de la Hongrie en 1896. L'Assemblée nationale de Hongrie s'y réunit à partir de 1902, mais il ne fut achevé qu'en 1904. (Imre Steindl devint aveugle et mourut avant.)

Un millier de personnes environ travaillèrent à ce chantier, où furent utilisés 40 millions de briques, un demi-million de pierres semi-précieuses et 40 kg d'or.

Après la Seconde Guerre mondiale, l'Assemblée nationale de Hongrie fut réduite à une seule chambre et seule une partie du bâtiment est utilisée de nos jours. Le gouvernement communiste installa une étoile rouge au sommet du dôme, qui fut retirée en 1990. Le 23 octobre 1989, Mátyás Szűrös déclara la République de Hongrie depuis le balcon du parlement donnant sur la place Lajos Kossuth

Lajos Kossuth (1802-1894) : avocat de formation,  devint l'une des plus grandes figures politiques de Hongrie en dirigeant le soulèvement de 1848 contre le pouvoir autrichien et il reste immensément populaire. Membre du premier gouvernement démocratique qu'ait connu le pays, il en prit la tête peu avant l'écrasement de la révolte en 1849, ce qui le condamna à l'exil.

Comme le Palais de Westminster, le parlement hongrois possède une façade symétrique de style néogothique. Il est long de 268 m et large de 123 m, possède 10 cours intérieures, 13 ascenseurs, 27 portes, 29 escaliers et 691 pièces (dont plus de 200 bureaux). Avec un dôme haut de 96 m, c'est un des deux plus hauts bâtiments de Budapest avec la Basilique Saint-Étienne de Pest. Le nombre 96 a été choisi pour rappeler le millénaire de la nation hongroise (1896) et son franchissement des Carpates en 896.

 

 DSC_0641

DSC_0983

DSC_0984

DSC_1002

 DSC_0987

DSC_0988

 

La façade principale se trouve sur le Danube, mais l'entrée officielle est de l'autre côté, sur la place Kossuth, et communique avec l'escalier d'apparat. Les escaliers monumentaux de l'entrée principale sont encadrés par deux lions.

L'intérieur et l'extérieur sont décorés de 242 sculptures. Sur la façade sont disposées les statues des souverains de Hongrie, des souverains de Transylvanie et de héros militaires du pays. Au-dessus des fenêtres se trouvent les armoiries des ducs et des rois.

À l'intérieur, le visiteur découvre l'escalier d'honneur aux plafonds décorés de fresques de Károly Lotz et le buste de l'architecte Imre Steindl dans une niche du mur. ÁrpádÉtienne Ier et Jean Hunyadi y ont également leur statues.

 

DSC_1004

DSC_1005

DSC_1003

 

Une des parties les plus spectaculaires du bâtiment est le hall central hexadécagonal (à seize côtés), et les immenses salles adjacentes : la chambre basse (où se réunit aujourd'hui l'Assemblée nationale de Hongrie) et la chambre haute (utilisée jusqu'en 1945). 

 

DSC_1006

DSC_1007

DSC_1008

DSC_1009

DSC_1010

 

L'escalier principal accède à la coupole qui abrite la Couronne de Saint-Etienne et que l'on ne peut photographier.

 

DSC_1011

 

La Couronne de saint Étienne, est exposée dans le grand hall depuis 2000.

La Couronne de saint Étienne (hongrois : Szent István Korona [ˈsɛnt ˈiʃtvaːn koɾonɒ] ; croate : Kruna sv. Stjepana ; slovaque : Svätoštefanská koruna) ou Sainte Couronne hongroise (hongrois : Magyar Szent Korona) est un regalia, symbole de la monarchie hongroise et l'un des attributs de la souveraineté de Hongrie.

Elle se nomme ainsi en référence à Étienne, premier roi de Hongrie.

Elle a subsisté durant toute la période de l'Empire austro-hongrois, l'empereur étant alors à la fois empereur d'Autriche et roi de Hongrie.

Elle apparaît dans les armoiries de la Hongrie et toujours visible sous la coupole du parlement hongrois où elle est protégée par la garde républicaine. 

La couronne des rois de Hongrie a été envoyée en 1001 au duc Étienne par le pape Sylvestre II, comme symbole de la constitution du royaume apostolique. 

 

La couronne de Hongrie est actuellement composée d'une croix inclinée, d'une calotte sphérique et d'un cercle précieux, ayant pour poids 2 056 grammes.

L'inclinaison de la croix est due à une circonstance fortuite. Lors d'un bouleversement politique, la reine Isabelle voulut emporter la sainte couronne. Elle la mit dans un coffret trop étroit et en s'appuyant sur le couvercle pour le fermer, elle fit céder la croix qui s'inclina sur un côté. Depuis lors, la couronne est restée en cet état, les Hongrois ayant poussé le scrupule jusqu'à vouloir lui conserver ce défaut accidentel.

La calotte, faite sur les ordres de Sylvestre II et remise par lui à l'archevêque de Gran pour le duc Étienne, se compose de deux cercles se croisant à angle droit au-dessus d'un troisième et tous formés de plaques émaillées. Le fond est une étoffe en or, qui a été complètement renouvelée en 1867. La croix inclinée est vissée dans la plaque placée à l'intersection des deux demi-cercles et au milieu de la figure de Jésus qui y est représentée.

La troisième partie de la sainte couronne est un autre cercle plus riche encore qui englobe les autres et qui vient de l'empereur de Byzance, Michel Ducas. C'est un ruban d'or sur lequel se trouvent huit plaques d'or émaillé alternant avec de grosses pierres précieuses et représentant des saints ou des rois. Au-dessus du ruban sont des triangles et des ovales en or émaillé et à jour, avec des couleurs plus foncées et un travail plus artistique ; celui du centre représente Jésus-Christ assis sur son trône. Les inscriptions sont en latin.

Cette couronne mérite donc son titre de « sainte » : elle a été donnée par un pape, elle a reposé sur la tête du duc saint Étienne, premier roi et apôtre de la Hongrie, elle est le gage de l'indépendance nationale et en ses fleurons l'âme même du pays. C'est le palladium de la nation hongroise ; elle appartenait, non au roi, mais au peuple, et l'empereur d'Autriche n'était réellement roi de Hongrie que lorsqu'il en avait ceint sa tête dans l'imposante cérémonie du couronnement. sources wikipédia

La photo ci-dessous est prise sur wikipédia car aujourd'hui il est totalement interdit de prendre des photos de la Couronne suite aux comportements de certains touristes...c'est toujours pareil à cause de certains malotrus tout le monde est pénalisé !!!

Cette Couronne est constamment gardée par des gardes qui se rélayent toutes les heures et qui pendant leur service n'ont pas le droit de bouger...Ils défendent cette Couronne au péril de leur vie !!

 

800px-Crown,_Sword_and_Globus_Cruciger_of_Hungary2

 

Après la visite de la Coupole, nous entrons dans l'aile gauche du parlement qui est identique à la droite.

Puis nous traversons un salon avant de réjoindre la salle de l'Assemblée Nationale.

 

DSC_1012

DSC_1013

 

A la sortie de la salle de réunion de l'Assemblée nationale, nous poursuivons notre visite par un couloir qui mène à la partie réservée aux bureaux qui est beaucoup moins ouvragée.

 

DSC_1020

 

Et nous rejoignons rapidement la sortie.

Du fait de sa taille et de sa décoration abondante, le Parlement est presque constamment en cours de rénovation.

J'avoue avoir été étonnée d'une visite aussi...courte puisque j'avais lu qu'il fallait 2 à 3 heures pour visiter le parlement alors qu'en 1 heure tout était terminé !!

Tout ça pour ça....mais bon il en valait quand même le détour...

 

DSC_1021

 

Comme nous avons déjà bien transpirer pendant ces deux jours, nous nous sommes naturellement orientés vers des thermes afin de respirer et surtout de soulager nos pauvres petons !!!

Les nombreuses sources chaudes aux eaux riches en sels minéraux, qui font de la capitale hongroise l'une des plus grandes villes thermales d'Europe, ont un débit dépassant 80 millions de litres par jour. Déjà utilisées par les Romains d'Aquincum, mises en valeur par les Turcs, elles permettent aujourd'hui à la ville d'offrir un large choix de bains et de piscines. 

Pas moins de neuf établissements sont éparpillés dans toute la ville :

  • la plage Palatinus avec sept piscines, des sources chaudes et des toboggans, ce complexe thermal sur l'ile Marguerite est peut-être l'un des plus beau d'Europe
  • la piscine olympique Hajos
  • les bains Kiraly construits en 1566 par les Turcs ont gardés de nombreux éléments ottomans. Notre hotel se situe juste à côté

 

 

DSC_0638

 

  • les bains Rac
  • la plage Dagaly
  • les bains Szechenyi dans un cadre néo-baroque, ces sources chaudes rendant ces thermes populaires même en hiver
  • les bains Rudas, construits au XVI siècle par les Turcs conservent une coupole ottomane et un bassin octogonal
  • les bains Gellert, se trouvent dans l'hotel Gellert et permettent de se baigner dans un somptueux cadre
  • et enfin les bains Lukacs

 

bains-lukacs-budapest

 

Baptisé d'après saint Luc, ce célèbre établissement néo-classique de 1894 comprend les bains thermaux Csaszar, l'un des hammans fondés au XV siècle par les occupants ottomans.

A Budapest, aller au fürdő (prononcez « furdeu ») fait partie du quotidien. Depuis l’époque romaine, les habitants profitent des dizaines de sources d’eau thermale bénéfique pour la digestion, les bronches ou les articulations.

Les bains Lukács (prononcez « loukatch ») comportent plusieurs bassins. On ne les voit pas tous de prime abord. Une fois traversé le dédale des vestiaires, commencez par la piscine extérieure ,faite pour nager. Enchaînez sur les nouveaux bains à remous, plus chauds, situés en contrebas, également dans une piscine extérieure. De puissants jets d’eau transforment le bassin en rivière, et on s’y laisse entraîner avec délice.

Pénétrez ensuite dans la crypte intérieure, brûlante et souffrée (l'odeur d'oeuf pourri est particulièrement pénible au début puis on s'y habitue rapidement). Terminez par une alternance de sauna et de bains d’eau fraîche.

Vous adorerez l’ambiance, conviviale et familiale, dans ces bains mixtes très populaires…

Température des eaux : 22 à 40 °C. Bassins : 2 piscines en plein air, bassin d’agrément, 5 bassins d’eau thermale à l’intérieur.

Composition des eaux : eau thermale riche en calcium, magnésium, hydrocarbonate, sulfure et chlorure contentant aussi du sodium et à une teneur en ion de fluorure également importante.

Détente assurée...

L'entrée n'est que de 1000 forins c'est-à-dire 5,50€ sans limite de temps...Dommage qu'on n'ait pas ce genre de structure chez nous...non, c'est faux à Ribeauvillé nous avons un espace Spa et balnéo tout chic et choc, le prix aussi d'ailleurs : 7€ de l'heure !!!

 

Après ces moments de détente, notre estomac criant famine nous nous sommes précipités au restaurant 

Culinaris !

C'est sur le blog Les 3 soeurs que j'ai découvert ce restaurant...Si déjà des blogueurs qui ont bourlingué donnent des avis sur des lieux à visiter autant les suivre, c'est ce que nous avons fait et nous n'avons pas été décus...D'ailleurs sur Tripadvisor, vous avez aussi des conseils bien avisés. 

Culinaris n'est pas juste un restaurant de cuisine nouvelle, ce sont aussi trois boutiques d'épiceries fines. Nous étions donc au restaurant qui se situe à côté du parlement. Le midi ce sont des buffets et le soir des menus...

A la vue du prix des menus, nous nous sommes dit que c'est quand même cher pour un pays comme la Hongrie où le salaire moyen est plus proche des 500€ que des 1500 !! 

  

culinaris-new-1

 

Entrée et intérieur moderne.

 

DSC_0003_1

 

Bizarrement dans ce restaurant comme au Csaza nous étions les seuls clients....mais à croire que les restaurants où il n'y a personne en hongrie, sont les meilleurs !!

 

DSC_1029

 

Mon poussin était assis face à moi, la Miss à mes côtés et mon mari face à elle...

 

DSC_1031

 

Parmi les trois menus de proposés, nous avons choisi :

Entrée : Gaspacho de concombre et de pommes

Plat : Risotto de saumon 

Dessert : Fondant au chocolat et tartelette de citron meringuée

 

La surprise gustative est présente durant tout le repas mais entre chaque plat, on nous a servi des amuses bouches pour nous faire patienter...initiative des plus intéressantes.

En attendant l'entrée, nous avons reçu du pain au noix avec un beurre aromatisé puis une bouchée de filet de boeuf enroulant un fageot de pommes....

 

DSC_0004_1

DSC_0005_1

 

L'entrée est composée d'un coeur de fromage de chèvre, d'une compotée de concombre et de pommes surmonté d'une crêpe frite, le tout recouvert du gaspacho de concombre....délicieux !!

 

DSC_0006_1

 

En attendant le plat principal, on nous servi une compotée de légumes

 

DSC_0007_1

 

Puis est arrivé, un risotto de saumon sur un lit d'épinards...très bon mais pas transcendant !

 

DSC_0008_1

 

Et enfin le dessert ....... précédé de cette assiette de fruits cuits avec un coeur de riz au lait, d'une sauce à la vanille et d'un trait de coulis de fruits rouges

 

DSC_0009_1

 

Le dessert  ou plutôt je devrai dire les desserts puisque nous en avons choisi deux différents.

Tout d'abord  une tartelette de citron meringuée, fondante à souhait.....une vraie tuerie, je n'en ai jamais mangé une aussi ....parfaite !!!

 

DSC_0010_1

 

et un fondant au chocolat servi avec une boule de glace à la vanille et des fruits secs croquants.

 

DSC_0011_1

DSC_0014_1

 

 

Pour ceux qui passent par budapest, je vous donne les coordonnées de ce restaurant :

Culinaris

1055 Budapest, Balassi Bálint u. 7.

(+36 1) 373-0028

 

Ah n'oubliez pas qu'en Hongrie le service n'est pas compris dans l'addition, il faut donc ajouter entre 10 et 15% ....